Tibet – Les huit symboles de bonne augure

- - pas de commentaire

L’ensemble des huit symboles dit « de bonne augure » fait partie des plus anciens ensembles de symboles, et est très populaire auprès des tibétains. Pris dans leur ensemble, les huit symboles sont des éléments de l’interdépendance. Ils favorisent le bonheur dans la vie présente et une heureuse destinée dans le futur.

 

Les voici dans le détail :

 

La bannière de la victoire tibet-banniere-victoire

Cette bannière est composée d’un cadre en bois sur lequel est tendu un tissu couronné d’un pommeau ornementé de soie. Il symbolise la victoire sur les obstacles, différends et difficultés et ainsi, l’accession au bonheur. On la retrouve parfois à l’entrée ou au sommet des temples tibétains.

 

La conque dextrogyre tibet-conque

La conque est un coquillage ovale et enroulé sur lui même en spirale. Cette spirale est dans le sens des aiguilles d’une montre, on parle alors de forme dextrogyre, par opposition à la forme sénestre (enroulé dans le sens inverse), qui est beaucoup plus commune. Elle symbolise la gloire de l’enseignement de Bouddha.

 

Le lotus tibet-lotus

Dans cette série de symboles, le lotus est représenté sous sa forme la plus classique : une fleur blanche et rouge. Etant donné que sous sa forme terrestre, le lotus produit une fleur superbe bien au dessus de la surface de l’eau, malgré en enracinement dans la vase, il représente l’origine divine et surtout la pureté. Utilisé sous sa forme naturelle dans les rituels religieux les plus anciens ou comme ornement, il représente la féminité. Les tibétains l’utilisent également en tant qu’instrument. On lui donne enfin le sens de la gloire de l’enseignement de Bouddha.

Le noeud sans fin tibet-noeud-sans-fin

Le noeud sans fin est un noeud fermé à coudes à angles droits. Les tibétains l’utilisent pour représenter l’entrelacement des évènements, l’enchaînement des causes et des conséquences. Ceux-ci fonctionnent en circuit fermé, à la fois en mouvement et immobile. Il symbolise enfin la connaissance infinie de Bouddha et est l’un des symboles préférés au Tibet.

 

Le parasol tibet-parasol

Il s’agit d’un large parasol (pour 4/5 personnes), en soie de couleur jaune ou blanche, avec un pommeau doré en son sommet. Son manche est en bois de couleur rouge, en général. Symboliquement, le parasol représente la possibilité de se protéger du mauvais temps (marque d’une certaine richesse et de pouvoir). Au niveau religieux, le parasol représente la protection contre ce qui est appelé « La chaleur des souillures ». Le Dalaï Lama utilise parfois deux parasols : un en plumes de paon, un second en soie.

 

Les poissons d’or tibet-poissons-or

Les deux poissons de ce symbole se font face et ont leur tête tournée vers le bas. Ces poissons étaient utilisés en Inde pour symboliser les rivières sacrées : le Gange et le Yamuma. Ils sont considérés comme de bonne augure dans le bouddhisme, et ont été adoptés comme tels par les tibétains.

 

La roue tibet-roue

La roue est représentée sous sa forme classique : un moyeu, une jante et des rayons. Elle représente la roue de la loi utilisée par le Bouddha lors de son premier sermon dans le Parc aux daims, ainsi que l’enseignement bouddhiste.

 

Le vase de richesse tibet-vase-richesse

Ce vase est représenté comme un récipient de forme ronde, comportant une ouverture et un pied ornementés. L’ouverture est coiffée d’un gros joyau indiquant la richesse de l’objet. Les vases ont depuis toujours été utilisés dans la pratique des religions. Il représente une source souvent inépuisable de richesses matérielles. On retrouve toutes sortes de vases dans les rituels tantriques tibétains.

Vous trouverez dans notre boutique plusieurs articles qui sont ornés des signes de bon augure (ou signes auspicieux), et qui sont appelés astamangalas. En voici un exemple :

 

Pendentif tibétain Jiaya

Répondre