Le yack tibétain

- - une réponse

Le yack est l’animal emblématique de l’Himalaya et demeure essentiel à la vie des ses habitants. Domestiqué par les Tibétains depuis plus de deux millénaires, le yack est une espèce de ruminant au corps trapu très adaptable à un environnement naturel des plus difficiles. Il vit au-delà de 3000 m d’altitude, se nourrissant d’herbes, de lichens et de mousses. Sa laine longue et épaisse le protège du froid parfois jusqu’à -40°, et sa transpiration contient un composant isolant du froid qui est utilisé dans la médecine tibétaine.

Le yack est source de nourriture, par sa viande et son lait, de vêtements en laine et en cuir. Sa bouse est utilisée en tant que combustible, ses cornes et ses os pour fabriquer des objets décoratifs, outils et bijoux. Il peut porter de lourdes charges pendant des journées entières sur les chemins escarpés de montagne. Sa femelle, la dri, peut avoir une portée tous les deux ans.

Traite d'une dri par une Tibétaine
Traite d’une dri par une Tibétaine

Dans la genèse tibétaine, l’on raconte que « la tête, les yeux, les intestins, les poils, les sabots et le cœur du yack se sont transformés en soleil, lune, étoiles, rivières, lacs, forêts et montagnes ».  Le yack est plus qu’une simple bête de somme, il représente une offrande lors de cérémonies politiques et religieuses, et il est considéré comme un animal saint. Avant de tuer un yack, il faut répéter un chant religieux trois cent fois, sinon celui qui le tue est maudit.

Ses os représentent l’esprit du yack, et sont symbole de pureté, de force et de courage. Le yack est respecté et aimé, et il n’est pas tué pour des raisons commerciales, mais pour la survie d’un peuple qui vit dans des conditions difficiles. Les bijoux en os de yack sont, de ce fait, des objets artisanaux réalisés dans le respect de la nature.

One Response to “Le yack tibétain”

Répondre