Karakol, berceau d’un lac aux couleurs caraïbes

- - pas de commentaire

En visitant le Kirghizistan, le voyageur qui passera sur la Route de la Soie ne manquera pas de trouver sur son chemin la ville de Karakol. Centre administratif de la province d’Yssykköl, berceau du lac Issy Koul, elle ne répond à cette appellation qu’à partir de 1991. Auparavant, elle se nommait Prjevalsk.

Karakol
Karakol

Des traces russes et chinoises

Dès son arrivée à Karakol, on remarque la cathédrale russe orthodoxe qui domine avec son architecture caractéristique, tout en bois ancien. Autre vestige du passé, l’ancienne garnison (19ème siècle) nommée le « Prezhevalsk ». Elle doit ce nom à l’officier et explorateur  soviétique Nikolaï Mikhaïlovitch Prjevalski, décédé à Karakol et qui avait pour mission de trouver une voie d’entrée vers le Tibet. Ensuite, une autre structure tout aussi imposante ne manque pas d’attirer le regard car elle ressemble à un temple bouddhiste : la Mosquée des Dounganes. L’architecture est de style chinois et sa construction n’aurait nécessité aucun clou ! Non loin, la mine d’or de Koumtor est l’objet d’une fervente exploitation permettant ainsi un meilleur développement du pays et un niveau décent à un grand nombre de ses natifs.

 

Des vallées au parc de réserve en passant par le Lac Issy-Kül

Non loin du centre, se trouvent les maisons aux volets bleus et aux portails en bois, appartenant jadis aux Cosaques. Dans les alentours, ce sont les yourtes des bergers ainsi que les paysages infinis des vallées encaissées, des montagnes du Tian Shan et du lac Issy-Kül. Celui-ci est d’un bleu caraïbe.  Ses bords sont en sable ocre et tapissés de galets. Un de ses embranchements s’achève à quelques kilomètres de la ville de Karakol. Toujours dans les environs, des vieux quartiers composés de maisons et de bâtisses anciennes. Au fond, un mont de plus de 5 200 mètres : le glacier Ogour Bachy et le canon Jetti Oguz surnommé les « Sept bœufs ».  Le parc de réserves Ala-Artcha est à une quarantaine de minutes.

 

Ville ancienne mais aussi moderne

Karakol, érigé au 16ème siècle, porte encore les traces de son passé  : de l’Antiquité, à l’époque médiévale et leu Moyen Age. C’est une région au peuplement ancien, dont la majorité était jadis Russes bien qu’on y rencontre aussi une grande communauté de dounganes et de nombreux nomades. Aujourd’hui, c’est également un centre de produits de consommation et de bétails, vivant à un rythme provincial tout qu’il s’agisse d’une ville non moins moderne car elle comprend une université et une grande école française, notamment… La spécialité culinaire locale est le borsch qui se déguste, accompagné d’un ou deux verres de vodka.

Tchin Tchin !

Répondre